top of page
  • Photo du rédacteurEvaprod

Interviews - Tania Vega et Lili Eichenberger

Les chroniques de Yaelle et Clémentine. Quoi de mieux, pour commencer le mois de novembre, qu’un interview de deux anciennes élèves actuellement en étude supérieur de comédie musicale à Paris ! Nous avons questionner Tania Vega et Lili Eichenberger pour en apprendre plus sur elles, sur leur parcours et leurs études.


Pourriez vous vous présentez en quelques mots ?

Mon nom est Tania Vega, j’ai 21 ans et je suis actuellement à l’ECM de Paris.
Je m’appelle Lili Eichenberger, j’ai 20 ans et je suis aussi à l’ECM

Quel est votre parcours à Evaprod ?

Alors, j’ai commencé à l’âge de 7 ans chez les enfants, je suis ensuite allée chez les ados en suivant cursus Sport Art Etude, j’ai stoppé Evaprod pendant 1 an après avoir fait une année chez les adultes et j’ai fait 3 ans de classe Préprofessionnelle. Lors de ma dernière année prépro, j’ai donné des cours de danse.



J’ai commencé Evaprod à 13 ans chez les ados, j’ai fait le cursus Sport Art Etude. Je suis entrée chez les adultes en préparatoire et j’ai fait les 3 ans de prépro. Lors de ce cursus, j’ai donné des cours de comédies musicaless aux « mini ».

Comment se sont passés les auditions pour entrer en Prépro ? Et les 3 ans du cursus ?

J’ai préparé mes auditions en dehors d’Evaprod car j’avais arrêté à ce moment-là. Globalement, j’étais très contente de comment ça s’est passé. L’ambiance était très cool ! Mes 3 ans de prépro se sont très bien passés, l’ambiance était géniale. On était 4 et on se soutenaient.
Je venais d’entrer chez les adultes, Floriane et Jacint m’avaient convaincu d’auditionner. Pour moi, si j’étais prise, je continuais dans la comédie musicale, et si non : j’arrêtais tout ! J’étais assez persuadée de ne pas être prise… Le jour des auditions était très long. Mais j’étais contente de moi ! La qualité des cours et des profs nous a beaucoup servis, surtout maintenant à Paris ! Le bagage est très précieux.

Quel a été votre sentiment lorsque vous vous prépariez à aller à Paris ?

Le déni !! Les vacances ont été super longues, je ne m’en rendais pas compte. Même une fois à Paris, il m’a fallut quelques jours pour quitter ce sentiment de déni totale.
Je pense que c’était un sentiment d’appréhension, quitter Evaprod n’a pas été facile, mais d’excitation !! J’avais hâte d’arriver dans une ville que je ne connaissais pas mais peur d’être déçue et de ne pas aimer les cours.

Comment s’est passée l’arrivée à Paris ?

On a tout de suite trouvé un appartement proche de tout ! On a beaucoup de chance. Il n’est pas très grand mais nous suffit amplement ! On est comme une sorte de colocation avec Léon Foisy, la 3e personne qui a intégré l’ECM avec nous après les 3 ans de prépro, mais on a chacun notre espace privé. On a passé un Week end à nettoyer, à décorer, à faire des achats, à emménager… Bref, on était très contentes !

Est-ce que Paris vous plaît ?

Oui, vraiment Paris me plaît beaucoup mais je pense que pour l’instant je ne pourrais pas y vivre toute ma vie car c’est trop différent de la Suisse. Travailler, oui pourquoi pas mais pas vivre.
Oui, c’est pareil pour moi, le fait que se soit une grande ville et que ce soit en France, ça change beaucoup. Mais la ville est très culturelle et c’est génial.

Comment sont les cours à l’ECM ?

On trouve que le passage entre l’ECM et Evaprod n’est pas très grand, ils ont la même mentalité et le cursus Prépro nous prépare bien pour l’école professionnelle. L’ambiance est géniale, on s’y sent bien, les profs sont bienveillants et à l’écoute. Le niveau est très bon et les cours sont incroyables ! Le truc génial avec L’ECM c’est le fait que nous sommes peu dans l’école, du coup on n’attends pas beaucoup pendant les cours et les profs ont plus de temps pour nous. Et le nombre fait aussi qu’on se connait tous vite et on s’intègre très rapidement.

Est-ce que vous préparez quelque chose ?

En première année, on n’est pas très sollicités mais nous faisons les chœurs dans le spectacle de fin d’année : Carrousel ! Il y a comme une sorte de politique à l’ECM : les troisièmes années ont les grands rôles, les 2e, les rôles secondaires et les premières années font les ensembles !!

Est-ce que vous vous en sortez financièrement ?

Dans nos deux cas, nous avons beaucoup de chances car nos familles nous aident énormément. Comme nous avons peu de temps lors des périodes scolaires, nous travaillerons sûrement pendant les vacances. Globalement, les cours de l’ECM ne sont pas si chers mais il faut financer des partitions, l’appartement, la nourriture, les transports. On a calculé pour nos 3 ans et ça donne environ 30'000 francs.

Qu’est ce qui vous manque le plus ici, en Suisse ?

Globalement, nos proches : nos familles, nos amis… et aussi la nature. C’est vrai qu’on avait l’habitude d’être beaucoup en contact avec elle et maintenant ce n’est plus que de la ville. Mais surtout : l’administration Suisse :) !!! Aussi le côté « sécurité »… On a grandi dans cette ville, ce pays… On connaît bien !


Comment voyez-vous votre futur ?

Je me vois habiter en Suisse mais travailler à l’étranger, faire des projets européens… J’aimerais bien partir Dans le cinéma ou dans une troupe de danse, donner des cours de danse… à voir ! Donc, globalement, un peu de tout dans les trois domaines !
Alors moi… à court terme, pourquoi pas faire des auditions, faire des projets dans la comédie musicale, peut-être de la comédie musicale à voir. Par contre à long terme, je me vois en Suisse, dans la campagne, avec des animaux comme des chèvres mais continué à faire de la musique avec mes amis, toujours avoir ce lien !

Avez-vous quelque chose à rajouter ?

Hmmm, juste croyez en vos rêves, l’ECM c’est trop cool et Evaprod nous manque.
Merci beaucoup à Tania et Lili pour nous avoir accorder leurs temps ! On vous souhaite un bon mois de novembre, on se réjouis de vous retrouver le mois prochain !

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page